Quel yoga choisir ?

Les différents types de yoga : quel yoga choisir ?


Besoin de se détendre, ou plutôt de se muscler ou de s’assouplir ? Envie de travailler sa respiration, d’améliorer sa posture, ou de préparer son corps à accueillir un futur enfant ?

On peut rapidement se sentir perdu(e) face au vaste choix qui s’offre à nous à l’heure de s’inscrire à un cours de Yoga. Chaque type de pratique n’exige pas les mêmes conditions physiques et il peut vite être difficile de savoir celle qui correspondrait le mieux à nos besoins. Il est donc important de bien se renseigner avant de se retrouver dans une salle chauffée à 40°C, alors que l’on voulait simplement se détendre et s’initier à la méditation.

Pour vous aider, voici un petit guide simplifié des différents yogas afin de vous aider à trouver celui qui conviendra le plus à votre corps et à vos objectifs.

quel yoga choisir en ligne

Le Hatha Yoga : le plus traditionnel


Il s’agit du yoga le plus populaire en Occident et du plus indiqué pour les débutants souhaitant s’initier à cette pratique ancestrale. 

Il permet de se familiariser avec les bases de tous les autres types de yoga grâce à un enchainement lent de postures simples, statiques, mais dynamiques, les asanas, et d’exercices de respiration, le pranayamas.

On entend souvent parler de Yoga postural, car lors d’une pratique de Hatha Yoga, il est question de coordonner le mouvement avec la respiration afin de faire (ou refaire) circuler l’énergie dans le corps de la bonne manière. En outre, bien que les postures statiques soient simples, elles doivent être maintenues un certain temps. Suffisamment du moins, pour favoriser le drainage et la détoxification des muscles.

Le Hatha yoga est idéal pour travailler sa souplesse et sa musculature en profondeur, et on apprécie également le petit plus méditatif de fin de séance lors de la pratique de Savasana. Connue comme la « posture du cadavre » en Sanskrit, elle permet de mettre le corps en repos complet et de favoriser l’élimination des toxines libérées dans le sang lors de la pratique.

Le Ashtanga Yoga : énergique et méditatif


Popularisé dans les années 40, ce yoga repose sur l’enchaînement rapide et dynamique d’une série de postures, coordonnées avec une respiration sonore, appelée « Ujjayi ». Du Sanskrit « Le Chemin des Huit membres », le Asthanga Yoga, plus exigeant, est recommandé aux Yogis ayant un minimum d’expérience. Le dynamisme de la pratique pourrait vite entraîner les plus débuants à vouloir simplement copier la posture sans en comprendre les fondements.

Ce type yoga permet avant tout de développer la force, la souplesse et l’endurance, cependant, l’enchaînement répétitif des postures confère à la pratique un côté méditatif actif des plus agréables, et on se retrouve rapidement aspiré dans le flow du mouvement.

Le Vinyasa Yoga : le plus athlétique


Développée dans les années 80, il s’agit d’une variante plus fluide et créative du Ashtanga. Le Vinyasa, également basé sur une série de mouvements lents synchronisés avec la respiration, offre plus de variations et de liberté que le Asthanga, et une approche physique qui se rapproche de celle de la dance.

Sa pratique accorde une attention toute particulière à l’alignement du corps et permet de bénéficier des mêmes bienfaits que l’Ashtanga, de travailler son endurance et son souffle avec la même vigueur, tout en limitant le caractère trop répétitif et le risque d’ennui.

Il s’agit du type de cours à privilégier si vous avez tendance à décrocher rapidement et que vous aimez découvrir de nouvelles postures !

Le Yoga Kundalini : le plus spirituel


Aussi appelé yoga de la conscience le Yoga Kundalini est souvent considéré comme le yoga originel.

Il permet de réveiller la Kundalini, l’énergie potentielle vitale qui sommeille au fond de chaque être grâce à la combinaison d’asanas, de mudras, de pranayamas, la récitation de mantra et la relaxation profonde.

Il s’agit d’une pratique d’une grande puissance si elle est bien menée, qui peut permettre au-delà du travail musculaire et de la souplesse, de comprendre, de corriger ou de se libérer de certains automatismes ou dysfonctionnements mentaux et corporels.

Développant l’intuition et la volonté, Yogi Bhajan qui a importé le Yoga Kundalini en Occident avait d’ailleurs fondé un centre de soin pour aider à guérir des addictions grâce aux techniques du Yoga Kundalini.

Il est souvent dit que sa pratique peut être déconseillée aux personnes sensibles qui peuvent très facilement être bouleversées par la puissance émotionnelle mobilisée lors de la pratique. Le mieux reste encore de se renseigner auprès du professeur qui va dicter le cours, et des élèves qui pourront témoigner des bienfaits de ce style de yoga.

Le Yoga Bickram : le plus intense


Popularisé aux États-Unis par Bikram Choudhury, le Yoga Bickram repose sur l’enchaînement d’une série de 26 postures et de 2 types de respiration réalisés dans un ordre précis et dans une pièce chauffée à 40°C.

Il s’agit d’une forme de Yoga qui permet certes d’assouplir le corps, mais avant tout de le tonifier et de l’affiner. L’ambiance chauffée favorise également l’évacuation des toxines et aide à renforcer le système immunitaire. Exit ici le côté médidatif et relaxant, le Yoga Bickram va vous faire transpirer comme au sauna !

Le Hot Yoga : exigeant et libérateur


Tout comme le Yoga Bickram, le cours de Hot Yoga est pratiqué dans une salle chauffée cette fois-ci à 30°C, à la nuances près, que les mouvements réalisées sont chaque fois différentes.

Ce type de yoga repose sur un enchaînement dynamique de postures, où la respiration accompagne la pratique et aider à libérer les tensions engendrées par le mouvement. Le Hot Yoga privilégie une variété de postures travaillant sur le déverrouillage des hanches ou des épaules, afin de soulager les tensions au niveau du bas du dos et de la nuque.

Tout comme le Bickram, il s’agit d’une pratique physique exigeante qui implique de suivre un certain rythme et qui place la relaxation au second plan, le travail du souffle visant ici à améliorer l’endurance.

Le Yin Yoga : le plus doux


Basé sur le principe taôiste du Yin et du Yang, où le Yang représente l’aspect changeant et en mouvement de la vie (à l’image d’autres types de Yoga plus dynamiques comme le Hatha ou le Ashtanga), le Yin Yoga honore la quiétude et la stabilité du corps et de l’esprit.

Il s’agit donc d’une pratique accessible au plus grand nombre qui repose sur la réalisation de postures statiques et de longue durée (entre 5 et 20 min), la plupart réalisées au sol.

Le Yin Yoga met davantage l’accent sur l’assouplissement du bas du corps (bassin, hanche et bas de la colonne vertébrale) grâce à la réalisation de posture simple, et un travail de concentration et de respiration permettant de relâcher les tensions accumulées dans ces zones spécifiques.

Le Yoga Nidra : pour mieux dormir


Souvent appelé « yoga du sommeil », il est encore assez mal connu en France. À tort, car il s’agit d’un type de yoga accessible à tous, qui se pratique en position allongée !

Durant la pratique, on est amené à porter notre attention sur les différentes parties de notre corps, à se recentrer sur ses sensations internes et à se détacher de l’extérieur, comme lors de la pratique de Savasana.

Au niveau des bienfaits, un cours de ¾ d’heure de Yogra Nidra, équivaut à un cycle de 2h de sommeil et le lâcher prise est immédiat, à la différence d’autres techniques de méditation qui peuvent prendre plus de temps avant de laisser entrevoir les premiers résultats.

Idéal pour les personnes anxieuses, en mouvement constant, ou souffrant de troubles du sommeil liées au stress, le Yoga Nidra permet de se recentrer sur soi et de rechercher un état de relaxation profonde en toute conscience en se détachant du négatif et des préoccupations extérieures.

Le Fly Yoga : le plus ludique


Aussi appelé aéro Yoga, il s’agit d’une pratique combinant à la fois, Yoga, Pilates et art du cirque.

Suspendu à un hamac, le Yogi réalise une série de postures et d’exercices de respiration, tantôt en contact avec le sol, tantôt en état d’apesanteur total (ou partiel).

La sensation de flottement générée par le hamac permet de relâcher plus facilement les tensions mentales et physiques, et la presque instabilité engendrée par l’absence de contact avec le sol oblige à la pleine conscience du moment présent. En outre, ce nouveau rapport au corps face à la gravité mobilise les muscles d’une manière plus soutenue.

Une option qui peut permettre de s’initier à la pratique du yoga classique, de profiter de ses bienfaits et de s’assouplir, tout en testant quelque chose de nouveau et de ludique !

Le yoga prénatal : pour les futures mamans


Savant mélange de Kundalini et de Hatha Yoga, le Yoga prénatal repose avant tout sur des exercices respiratoires,de relaxation et des postures adaptées selon les étapes de la grossesse. S’il est bien accompagné et si votre état ne présente pas de contre-indication, il peut être pratiqué jusqu’aux derniers mois de la grossesse.

Au-delà d’exercices respiratoires qui peuvent être d’une grande utilité lors de l’accouchement, ou pour réduire les douleurs liées aux contractions et favoriser la bonne oxygénation du bébé, le yoga prénatal permet à la femme enceinte, d’apprendre à vivre avec son nouveau corps et peut aussi l’aider à déverrouiller d’éventuels blocage physiques et mentaux liés à sa grossesse (douleurs dorsales ou sciatiques, mauvais alignement, déséquilibre nerveux…).

L’avantage est qu’il peut rapidement être pratiqué après l’accouchement et sans aucun danger, afin de rééquilibrer un corps malmené pendant ce grand changement (bascule du bassin, relâchement du périnée, problèmes de transit ou de circulation sanguine…).

Le Yoga Iyengar : le plus thérapeutique


Cette méthode développée par BKS Iyengar, met davantage l’accent sur la précision et l’intensité du mouvement et requiert une grande capacité de concentration.

La majorité des cours combinent à la fois asanas, pranayamas et exercices de respiration, à l’aide de supports (sangles, briques…), et visent à la fois à l’ouverture du corps, la recherche de stabilité et de concentration, et le relâchement des tensions et des blocages physiques et émotionnels.

Durant le cours, une attention toute particulière est portée sur l’organisation de la posture et l’alignement général, afin de se connecter et de comprendre la mécanique interne propre au corps, lors de la réalisation des différents mouvements.

Le professeur a la charge constante de corriger dans les détails la posture de ses élèves afin que ceux-ci puissent prendre conscience de leur perception d’eux même et de ce qu’il pense être une position « correcte ».

Il s’agit d’un yoga des plus traditionnels, accessible mais rigoureux, qui demande un travail d’acceptation et d’adaptation aux limites de son propre corps.